Page d'un wiki sémantique avec formualire et liens

Dans un wiki sémantique, on peut coupler la formalisation des connaissances des ontologies en offrant les avantages collaboratifs des wiki. Ainsi, on offre plus de puissance et d’usages à l’exploitation des connaissances.

Avantages et faiblesses du wiki classique

Le wiki d’entreprise permet de partager rapidement l’information et de faire appel à toutes les contributions en simplifiant la publication. Néanmoins, l’organisation des connaissances n’est pas sans ambiguïté et relève de choix individuels.
Un wiki est une plate-forme facile d’accès et favorisant le travail en groupe. On peut y publier librement des textes sous forme de pages Web qui sont liées via des liens hypertextes. Le contenu pourra être revu, amendé ou complété par d’autres contributeurs, en gardant la traçabilité des interventions.
L’interface des wikis étant très intuitive, cela permet, entre autres, de créer des espaces encyclopédiques (exemple Wikipedia) où partager des sujets liés à des domaines de connaissance au sein d’une communauté plus ou moins large (les wiki d’entreprise étant de nature privée et restreints à une organisation). Toutefois, la simplicité d’usage des wikis et la flexibilité de la structure peut conduire à une accumulation d’informations peu organisées. En conséquent, elles deviennent difficiles à interroger de manière structurée et automatisable.
La navigation de pages en pages se fait via des liens hypertexte et, ainsi que les éléments de structuration, selon des choix éditoriaux individuels et non selon des liens de sens formalisés entre données.

A contrario, se pose la question du peuplement d’ontologie, pour créer des bases de connaissance, en masquant la complexité du modèle aux utilisateurs. Un framework d’édition d’ontologies comme le célèbre open sourceProtégé, peut servir à une assistance à la création manuelle centralisée ou à la vérification d’ontologies. Néanmoins, il est peu compatible avec un usage quotidien et évolutif, pour de nombreux utilisateurs en entreprise.

Le choix d’un wiki sémantique pour nos cartographies du SI

Quant à des peuplements semi-automatiques, ils partent d’un corpus « figé » à vérifier a posteriori. Ce qui ne convient pas à l’objectif décisionnel dans un système aux interactions complexes. Sachant que c’est le cas de tout Système d’Information, où la connaissance est répartie entre de multiples parties prenantes. Définir les concepts, leurs caractéristiques et leurs liens dans une ontologie pour réaliser une cartographie du SI, ne suffit pas. Il reste à associer des données au modèle.
L’ontologie ne générera une base de connaissances exploitable qu’à condition de pouvoir recueillir les informations propres aux instanciations de concepts. Il faut pouvoir les collecter et les mettre à jour facilement, quotidiennement, de manière partagée, en facilitant les tâches de saisie de « méta-données » afin de qualifier les propriétés d’objets et leurs liens de sens.
Développer une interface spécifique pour la restitution est également une démarche lourde, qui représente des coûts de maintenance et d’évolution. Elle aurait impliquée une démarche d’éditeurs pour nous, qui sommes orientés conseil.
D’où le choix pour réaliser et exploiter nos différentes cartographies proposées, d’une interface de saisie et d’interrogation de type wiki sémantique (usage de Semantic Mediawiki et plugins) afin d’obtenir l’utilisation quotidienne collaborative recherchée, et la manipulation aisée des objets métiers. Ainsi dans notre démarche, nous proposons un wiki sémantique pour :

Les classes et les propriétés des ontologies définies pour les cartographies sont traduites dans le wiki, en catégories, modèles, formulaires et propriétés. Tout en gardant l’esprit collaboratif du wiki, les liens de sens entre objets deviennent exploitables pour des traitements automatisés.
Les données essentielles à la décision sont ainsi partagées et réutilisées pour un meilleur accès à la connaissance, sinon fractionnée en vues partielles entre parties prenantes.

  • Créer des objets métiers et leurs liens via des pages wikis associées à des modèles et des formulaires,
  • Simplifier la restitution des liens entre données grâce des requêtes sémantiques,
  • Naviguer entre objets via les liens des propriétés sémantiques associées,
  • Partager des représentations formalisées entre toutes les parties prenantes,
  • Restituer la connaissance au juste nécessaire pour la décision
  • Tracer facilement l’historique des objets.
  • Utiliser les standards du Web (ouverture sur l’extérieur, interopérabilité)

Les avantages du Wiki sémantique pour nos cartographies

En choisissant un Wiki sémantique construit sur des outils open source, nous n’induisons aucun verrouillage avec quelque éditeur que ce soit. D’autre part, la communauté importante autour de MediaWiki garantit la pérennité de la solution et la disponibilité d’extensions pour personnalisation.
De multiples restitutions pourront être ainsi envisagées, en fonction des besoins et préférences des organisations.
Le fait de proposer une interface de type wiki, très simple, intuitive, avec des formulaires et des modèles prédéfinis, masque la complexité du réseau d’ontologies sous-jacent. Il n’y a aucune nécessité pour les utilisateurs de connaitre toute la modélisation employée. Nous les sollicitons seulement sur leur périmètre de connaissances et d’usage lors des ateliers.
Ensuite, ils pourront consulter la base, via les liens de propriété pour une navigation sémantique aisée entre concepts, ou des requêtes sémantiques préparées. Tandis que des formulaires prédéfinis leur permettront de créer des objets, ou mettre à jour leurs caractéristiques. Les formulaires eux-mêmes sont associés à des modèles employant des requêtes sémantiques pour restituer une vue consolidée des informations recueillies.
Ce choix d’interface permet également l’import de données via des plugins spécifiques, et l’export.
Par défaut, nous utilisons une base MySQL avec Semantic MediaWiki (SMW) pour stocker les données dans une base relationnelle. On peut aussi associer SMW à une base de données orientée graphe (triplestore- RDF) pour l’intégration de données et la réutilisation d’ontologies. Ce qui peut ouvrir d’autres perspectives pour des problématiques d’interopérabilité entre applications.

top